La 41e Course de L’Escalade, les 1er et 2 décembre, sera placée sous le signe de la nouveauté, avec pour la première fois une organisation sur deux jours pleins. Elle marquera aussi les débuts de Jerry Maspoli à la tête de l’organisation, pour succéder à Jean-Louis Bottani. Du changement dans la continuité.

Avec plus de 51’000 inscrits l’an dernier pour la 40e édition, l’Escalade a failli faire sauter les coutures. Les records, en tout cas, ont été battus, à la fois en termes de quantité et d’impact auprès d’un public conquis, la cerise sur le gâteau étant la victoire du jeune champion du cru, Julien Wanders. Cette année, le “Kényan blanc” du Stade Genève défendra sa couronne avec la pancarte de favori, lui qui vient de s’approprier le record d’Europe – rien que ça – du 10 km sur route, en 27’32, lors d’une course en Afrique du Sud. Il retrouvera le 7e du marathon olympique de Rio, Tadesse Abraham, affaibli par un rhume l’an dernier à Genève (8e) mais avide de revanche.
Mais l’Escalade, ce sont aussi, et d’abord, les populaires, qui s’apprêtent à prendre d’assaut les Bastions et la Vieille ville dans un déluge de sueur et de bonne humeur. Pour leur faciliter la vie et élaguer quelque peu les pelotons, les organisateurs ont, pour la première fois, choisi d’étendre la manifestation sur deux jours. Les enfants s’élanceront le dimanche, le même jour que les élites internationales, et la grande partie des adultes (et parents), le samedi, de même que les marcheurs et le peloton de la Marmite. Cet élagage devrait donner un peu d’air aux participants, parfois à l’étroit par le passé dans les ruelles, comme aux organisateurs.
Les quelque 1300 bénévoles auront à nouveau du travail plein les bras, mais ils aiment ça! Ils découvriront la patte de Jerry Maspoli, qu’ils connaissent déjà vu que l’ancien sprinter était responsable de la logistique depuis quinze ans, mais qu’ils n’ont encore jamais vu à l’oeuvre comme président du comité d’organisation. Maspoli apportera à l’Escalade un nouveau style, après l'”ère Bottani”, l’homme qui a élevé la course au rang d’institution au bout du Léman. “Je vais sans doute déléguer davantage certaines tâches, mais l’esprit de la course sera le même”, précise Jerry Maspoli. Soit un joyeux mélange d’effort, de fête et de convivialité. Il y a, du reste, urgence à s’inscrire pour les intéressés (délai jusqu’au 12 novembre!).

 

Marché de Noël

Les organisateurs ont tablé leur budget sur la présence de 48’000 participants. Un total qui garantirait l’équilibre financier, après une édition 2017 déficitaire, le comité ayant alors voulu marquer le 40e anniversaire par un prix souvenir particulièrement généreux. Cette année, la récompense se situera à nouveau dans la moyenne, de quoi faire plaisir aux participants tout en permettant de respecter le cadre des dépenses qui tournent autour des 3,4 millions de francs. Les frais de sécurité à eux seuls dépassent allègrement les 300’000 francs, gonflés par l’organisation sur deux jours et les impératifs toujours plus stricts en la matière.
Heureusement, Jerry Maspoli a trouvé un écho plutôt positif, du côté des sponsors et les collectivités publiques, après être allé leur expliquer que même un événement aussi bien ancré n’allait pas de soi – sans être menacé – et qu’il exigeait un renouvellement constant des efforts.
Le nouveau président sera au four et au moulin cette année puisque, en plus de sa nouvelle casquette, il restera très sollicité en tant que spécialiste de la spécialiste de la logistique. Car en effet, particularité 2018, il faudra composer avec le montage, dans le Parc des Bastions, du Marché de Noël, dont l’ouverture se fera quelques jours après la course et qui nécessitera quelques accommodements pour les organisateurs, sans désagréments cependant pour les coureurs.

Un nouveau site internet, en principe plus clair et plus ergonomique, a par ailleurs été créé à leur intention. Et de l’huile a été mise dans les rouages puisque le secrétariat permanent de la manifestation occupe désormais trois personnes, contre deux auparavant. De quoi mieux faire face au coup de feu des dernières semaines!

Tout semble en place pour ce qui reste plus que jamais la plus grande manifestation du genre en Suisse soit un nouveau succès. Puisse la météo apporter aussi sa contribution!

 

Par Olivier Petitjean